Current Size: 100%

Un paysage fait par l'Homme et pour l'Homme : le Bocage !

Bénédicte

Par Bénédicte

le jeudi 05 novembre 2015

Voir les commentaires

  • Un paysage fait par l'Homme et pour l'Homme : le Bocage !

Et le Bocage Bressuirais plus exactement... Situé autour donc de la Ville de Bressuire, ce territoire façonné par l'Homme, regorge de trésors qui, pour ceux qui portent un regard contemplatif sur leur environnement, n'ont plus ou presque de secrets... En tous cas, l'association "Bocage Pays Branché" existe pour le mettre en lumière et révéler sa beauté pour le préserver... Allons rencontrer Etienne pour en savoir plus...

 

Etienne, le Bocage, pouvez-vous nous le définir ?

Le Bocage Bressuirais : prairie, haie, mares...

© Guillaume Koch

 

Le Bocage : une mosaïque d’éléments

Eh bien, le Bocage est un écosystème complexe, c’est une mosaïque d’éléments : prairie, lande, bosquet touffu, mare, ruisseau, haies, chemins, villages, fermes... Ce paysage anthropique a été construit pour servir les intérêts humains (limiter et protéger pâtures et terres agricoles) et propose finalement un écrin remarquable à la biodiversité. C’est un réel atout pour l’agriculture : haies et fourrés qui servent de brise-vents – protection pour les troupeaux-, limitant l’érosion des sols, exerçant une fonction de régulation et d’épuration des eaux, produisant du bois et luttant contre l’effet de serre… On y trouve le chêne, arbre le plus présent dans nos campagnes, qui symbolise la force et la longévité. D'ailleurs, vous trouverez le Chêne de la Blandinière à Mauléon, entre 600 et 700 ans, 7.20 m de circonférence à 1.3 m au sol, ça en impose, non ?! Le noisetier, plus discret, est très présent sur la voie verte. Il était autrefois utilisé pour la fabrication de petits objets ou d’instruments champêtres, et le sourcier l’utilisait même en baguette pour trouver l’eau si précieuse !

Voie verte en Bocage Bressuirais

© Philippe Wall

 

Le Bocage, c’est aussi synonyme d’eau en Bocage Bressuirais. Son sous-sol granitique affleurant, comme on peut le constater sur le site naturel du Rocher Branlant et ses environs, laisse courir l’eau à la surface. A voir également le Domaine de la Pierre Levée dans l'Argentonnais et aussi les fameux rocher des Vaux à Saint Aubin-de-Baubigné avec ses roches qui portent des gravures de personnages, d'animaux, symboles réalisés depuis l'âge de Bronze !! Nous sommes effectivement sur les contreforts du Massif armoricain, dans le prolongement du Bocage vendéen. Et de toutes ces eaux naissent des mares, étangs, rivières, dont la Sèvre Nantaise, la plus importante du territoire. Depuis la voie verte, votre regard se perd dans les méandres de la Sèvre où les prairies humides abondent.

Rocher Branlant - Jardin des chirons

© Philippe Wall

Sèvre Nantaise à Moncoutant

© Philippe Wall

 

rocher des vaux à saint aubin de baubigné

Rocher des Vaux à Saint-Aubin-de-Baubigné

 

Le Bocage est aussi une région d’élevage au vu des terres acides peu propices aux cultures (même si certains types d’agriculture tentent de prouver le contraire) et plus particulièrement l’élevage de la race Parthenaise pour la destiner à une production de viande de haute qualité. En témoigne la découverte en « lolomobile » à la ferme pédagogique des Noues de Puy Jean à Moncoutant !

Ferme pédagogique Les Noues de Puy Jean - Lolomobile

©Bénédicte Besnard

 

Le Bocage : un emblème et un refuge

Le bocage est devenu l’emblème de nos campagnes, voire le dessin des enfants ! Sa construction lente et raisonnée, réfléchi et raisonnable, a permis à la flore et à la faune de trouver un havre, un refuge. Ainsi, la Chouette chevêche, la Couleuvre verte et jaune, la Genette, le Lucarne cerf-volant et tant d’autres animaux trouvent dans cet espace un havre évident ! J’ai d’ailleurs contribué à la rédaction d’un ouvrage par le CREN qui fait état du Bocage. 

Voici une sélection des descriptifs qui nous permettent d’en savoir plus sur le sujet, je vous invite à le découvrir, tellement il est riche d’informations : 

 

« De nombreuses espèces végétales servent de support à une multitude d’insectes, éléments de base des chaînes alimentaires : la Grande Sauterelle verte, le Grillon des champs. ... Et si les petits insectes viennent à pulluler, ces petits prédateurs peuvent compter sur un allié à leur taille, l’Epeire diadème, une araignée dont la toile pouvant atteindre un mètre est refaite tous les jours. … Ainsi la floraison des arbustes et fleurs s’orchestre-t-elle dans la nature pour que les insectes pollinisateurs ne manquent jamais de nectar ni de pollen et que les végétaux ne se concurrencent pas au sein d’un même habitat. … De bon matin, au creux du chemin, il n’est pas rare d’apercevoir un Lapin de garenne regagnant précipitamment ses pénates au cœur de cet enchevêtrement végétal. Le promeneur aura tout juste le temps de remarquer que, contrairement à celles du lièvre, ses oreilles, plus petites, n’ont pas l’extrémité noire. … Facile à repérer au bord d’un chemin, perché sur un chardon, …, le Chardonneret élégant est en outre trahi par son plumage caractéristique : masque rouge, joues, ventre et croupion blancs, capuchon et queue noirs, ailes noires et jaunes, dos et flancs beiges. … Qu’ils soient de chêne ou de frêne, les têtards sont une des composantes majeures de l’habitat de la Genette qui affectionne tout particulièrement ce secteur. Seul représentant français de la famille des viverridés, ce carnivore a les allures d’un petit chat « court sur pattes » au museau pointu, au corps élancé, avec un pelage gris clair taché de noir et une longue queue annelée. … C’est un animal solitaire, essentiellement nocturne, extrêmement discret, difficile à observer. … l’Épervier d’Europe, … au ras du sol le petit rapace au dos gris bleuté (tirant sur le brun si c’est une femelle) traverse la prairie voisine de quelques battements d’ailes puissants avant de se faufiler entre les buissons. … Non loin des habitations, la Chevêche d’Athéna, capable de produire différents types de cris allant du miaulement au jappement, contribue elle aussi à l’ambiance un peu mystérieuse des nuits calmes de printemps par ses hou-oû ?... hou-oû ? doux et plaintifs.  Elle affectionne les sites semi boisés, allées d’arbres, vergers, haies, parcs et cimetières entretenus par l’homme et ne craint pas de s’approcher des villages où elle recherche les bâtiments abandonnés. Les chênes et les frênes têtard sont également appréciés de ce petit rapace nocturne aussi peu farouche que casanier. … Profitant du réchauffement printanier, une vague de couleurs déferle sur le bocage. 
Le rose vif du Compagnon rouge, accompagné du jaune pâle de la Primevère acaule, y précèdent le pourpre rosé des Digitales dont la floraison accompagne celle du Lotier corniculé aux fleurs jaunes teintées d’orange et celle du Pissenlit, plus ordinaire. … »

Et je vais m’arrêter là car je pourrais vous citer encore d’autres informations très intéressantes sur les habitants du Bocage tirées de ce livre : comme quoi une orchidée s’appelle la pentecôte par exemple car sa période de floraison s’arrête à la pentecôte, ou que lorsque l’on aperçoit le papillon « l’Amaryllis », c’est le signe que l’été est à son apogée…

 

Le Bocage Bressuirais : animaux et insectes y trouvent refuge

© Paulin Giret

Alors Etienne, le Bocage : un espace à préserver ?

Bien qu’il soit malmené, affaibli par l’homme pourtant créateur mais obnubilé par le court terme, le bocage résiste et offre toujours un enchantement. Le bocage est devenu un élément important du réseau écologique, produit du travail des générations passées, et qu’il faut préserver. Autrefois, il était très présent sur le territoire picto-charentais ! C’est ainsi qu’intervient l’association "Bocage Pays Branché" dont je fais partie!

 

L'Association "Bocage Pays Branché", quel est son rôle ?

 

Eh bien si l’on reprend les statuts de notre association, cela explique clairement nos missions : 

Association Bocage Pays Branché - Bressuire - Festival de la Haie

 

« L'association a pour but d'étudier, de créer, de restaurer, et de concourir à la pérennité des composantes du paysage de bocage que sont la biodiversité, les milieux humides, les sols, les patrimoines naturels et humains mais aussi les pratiques de gestion, les savoirs et les savoir-faire de la valorisation de ces paysages. Pour appliquer ces objectifs, elle met en œuvre des expertises, des études de terrain, des programmes de valorisation, des actions de formation et d'éducation à l'environnement, des animations et des événementiels à destination de tous les publics. »


Sa création remonte aux années 1990, sous le nom de NATUREAUPIN (en référence à la nature, l’eau et la commune Le Pin), avec des personnes telles que : Isabelle Desdorides, Jacky Aubineau ou Jacques Moreau entre autres à l’origine de ce projet pour la protection des haies bocagères. Ensuite, cette association à évolué sur le canton de Cerizay, devient « Cerizay Canton Branché » et avec la loi Voynet, loi du 25 juin 1999 d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire, elle s’étend sur le territoire du Pays du Bocage Bressuirais et devient « Bocage Pays Branché ». A présent, avec la naissance de l’Agglomération du Bocage Bressuirais, le territoire s’agrandit avec l’Argentonnais et ses vallées escarpées et le Moncoutantais avec ses étangs, ses chirons... 

 

 

 

Quelques exemples de programmes de valorisation du paysage mis en place : les mares, l’Espace Naturel Sensible du site de « La Corbelière de Moulins », les journées régionales de l’arbre et de la haie champêtre, et bien sûr le programme de plantation, activité phare et historique de l’association. 

 

Des expertises, des études dans le cadre par exemple de mesures compensatoires : une zone humide dans le cadre de la création de la RN 249, liées à l’installation d’éoliennes, …

 

L’association intervient aussi beaucoup auprès des particuliers très demandeurs de conseils, ce qui montre l’engouement de la population pour son patrimoine et une crainte pour la fragilité de celui-ci.

 

Des animations pour la sensibilisation à la préservation du bocage avec des interventions dans les écoles, des stages, des lectures de paysage, des visites d’exploitation, notamment le Festival de la Haie…

 

 

Et ce "Festival de la Haie", pourquoi un "festival" sur la Haie ?

 

Depuis 2005, Bocage Pays Branché a développé un événementiel : Le « Festival de la Haie ». Le festival traduit la volonté de partager avec la population du territoire les atouts du paysage et de communiquer sur les activités de l'association.

Festival de la Haie à Moncoutant - plantation des haies

 

La haie  est le symbole du Bocage, elle délimite des espaces de culture et de champ, est un refuge pour nombre d’animaux, insectes… C’est une des composantes du bocage, pas la seule bien sûr. Mais en tant que symbole très évocateur, le nom de « Festival de la Haie » s’est imposé… Et si à l’origine, l’idée était de favoriser des programmes de plantation, le concept a évolué pour proposer aujourd’hui un moment culturel et convivial à la population avec des animations, des expositions, des conférences, des actions avec les scolaires, les adultes… Ce rendez-vous annuel change de commune tous les ans pour faire découvrir les acteurs du territoire et cette année, c’est Moncoutant !

 

Festival de la Haie à Moncoutant - programme à Moncoutant

 

Le Festival de la Haie aujourd’hui c’est donc : 

  • Proposer un moment culturel et convivial à la population.
  • Faire découvrir des techniques de gestion du paysage et découvrir des pratiques ancestrales.
  • Apporter connaissances et divertissements sur la thématique du paysage de Bocage.
  • Faire partager à la population l'intérêt de leur paysage.
  • Développer et valoriser les sites patrimoniaux du territoire 
  • Initier les différents publics à leur environnement et à la biodiversité.

 

Festival de la Haie à Moncoutant - transmission savoirs

 

L'association met en avant le lien entre culture et paysage et cherche toujours à s'appuyer sur le réseau associatif communal pour développer des partenariats constructifs et solides.

 

 

Merci Etienne pour toutes ces informations pour nous faire comprendre le Bocage et l’intérêt de le préserver, de l’animer. A présent, que chaque habitant du territoire participe à ce projet collectif et vienne découvrir les animations proposées au Festival de la Haie du 9 au 15 novembre à Moncoutant, grand rendez-vous du BOCAGE !


 

Pour terminer, je reprendrai une affirmation que je trouve caractéristique de ce que représente le BOCAGE, citée dans le livre du CREN sur le Bocage : 
« Entreprendre la découverte du bocage au hasard de ses chemins creux,  c’est à coup sûr s’éloigner pour quelques heures, pour quelques jours, des couleurs criardes et du tumulte des villes, de la bruyante circulation des routes, des tons monochromes et de la douce monotonie des grandes plaines cultivées, pour se fondre dans une ambiance chargée de mystère, d’ombres et de lumières diffuses, vaporeuse au petit matin, où les dégradés de vert des prairies entre-aperçues derrière des haies plus sombres se mêlent aux bruns des écorces et aux ocres du sol. »
Alors, un séjour au « Logis de la Girardière », au « Domaine des Roches Blanches » ou une étape aux chambres d’hôtes « La Maisonnette », vous permettront sûrement d’apprécier ce territoire magique…
Et n’oubliez pas le Festival de la Haie, rencontre annuelle avec les acteurs du territoire bressuirais qui œuvrent pour la préservation de ce beau patrimoine…

Pour terminer, je reprendrais une affirmation que je trouve caractéristique de ce que représente le BOCAGE, citée dans le livre du CREN sur le Bocage : « Entreprendre la découverte du bocage au hasard de ses chemins creux,  c’est à coup sûr s’éloigner pour quelques heures, pour quelques jours, des couleurs criardes et du tumulte des villes, de la bruyante circulation des routes, des tons monochromes et de la douce monotonie des grandes plaines cultivées, pour se fondre dans une ambiance chargée de mystère, d’ombres et de lumières diffuses, vaporeuse au petit matin, où les dégradés de vert des prairies entre-aperçues derrière des haies plus sombres se mêlent aux bruns des écorces et aux ocres du sol. »

Alors, un séjour au « Logis de la Girardière », au « Domaine des Roches Blanches » ou une étape aux chambres d’hôtes « La Maisonnette », vous permettront sûrement d’apprécier ce territoire magique…

Et n’oubliez pas le Festival de la Haie, rencontre annuelle avec les acteurs du territoire bressuirais qui œuvrent pour la préservation de ce beau patrimoine…

 

 

©Bocage Pays Branché - Tous droits réservés.

  • Télécharger l’appli mobile pour connaître toutes les animations en Bocage Bressuirais
agendaAnimauxBiodiversitéBressuireFestivalGéologieParc naturepaysagePêcheSèvrePescalisAutrementNatureParoles d'office de tourismeA deuxCamping caristeEn groupeEn situation de handicapEn soloA plusieurs famillesEntres amisEn FamilleTouristes à véloA bicyclette…Au fil de l’eauBalades, randonnéesC'est gratuit !Le saviez vous ?Les incontournablesSoyons écolos et responsables

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme