Current Size: 100%

Saint pour tous, Toussaint !

Dame Marianne

Par Dame Marianne

le lundi 28 octobre 2013

Voir les commentaires

  • Saint pour tous, Toussaint !

La Toussaint, et son origine...

La grisaille ambiante et les chrysanthèmes florissants doivent sans conteste vous mettre la puce à l’oreille : et oui, braves gens la Toussaint est arrivée !
Si la plupart d’entre vous connaissent la signification de cette fête religieuse, bien peu doivent réellement savoir d’où elle tire ses origines.


Une fois n’est pas coutume, laissez l’explication aux bons soins de Dame Marianne :

 

La Toussaint est une fête catholique qui permet aux croyants de célébrer tous les saints y compris ceux dont la fête ne figure pas au calendrier. Elle fut d’abord mise en place le 13 mai par le pape Boniface IV en 610 avec la création de l’église de Sainte-Marie-et-des-martyrs qui fait suite au culte des divinités de Rome. C’est le Pape Grégoire III, après avoir consacré une chapelle de la basilique Saint-Pierre de Rome à cet usage, qui en fixe, au VIIIème siècle, la date actuelle du 1er novembre. Sur les conseils de son successeur Grégoire IV, un siècle plus tard, Louis le Pieux étendit cette fête à tout l’empire Carolingien.

La confusion est souvent faite avec la Commémoration des fidèles défunts où nous rendons hommages à nos chers disparus et qui se déroule le lendemain, soit le 2 novembre.

 

 

la Toussaint

 

Pour rester sur ce thème et continuer avec les joyeusetés, abordons justement le sujet de la mort au Moyen-âge. A l’époque, un mourant a conscience de son triste sort et l’accepte sans dramatisation. Il meurt bien souvent au lit, entouré de ses proches et après avoir pris ses dispositions auprès de Dieu. L’idée de jugement dernier est alors bien présente. Il peut même léguer sa fortune à l’église et s’offrir de cette manière le salut de son âme.

Au moment de l’inhumation, le visage du mort n’est pas visible, il doit être caché par un linceul. On recouvre le cercueil par une pièce de bois, le catafalque, qui peut parfois représenter l’image du défunt, obtenue à partir d’un masque mortuaire.

L’enterrement se fait ensuite dans un cimetière, toujours associé à un lieu de culte ou directement dans l’édifice religieux. La présence du clergé est indissociable avec toute inhumation, celle-ci relevant plus de la charité chrétienne lorsqu’il s’agit de la mort d’un pauvre miséreux.

 

 

la Toussaint

 

 

Maintenant que vous en savez un peu plus sur la mort au temps de la féodalité, je vous invite à découvrir comment était gérée celle-ci quelques siècles auparavant grâce à la visite du Musée des Tumulus de Bougon. Peut-être y reconnaitrez vous des similitudes ou au contraires de grandes différences. Mais même si le sujet peut vous paraître morbide, vous verrez que vous prendrez du bon temps et enrichirez votre culture tout en prenant un grand bol d’air frais.

 

Allez souriez, Dame Marianne vous offre gracieusement une idée de sortie à faire en cette période maussade, et c’est dans les Deux-Sèvres, bien entendu !

 

 

Retrouvez une idée de séjour aux Tumulus de Bougon


  • Le Musée des Tumulus de Bougon c’est aussi la découverte de toute une civilisation adaptée à la famille, ainsi que de nombreuses animations. Retrouvez toutes les informations pratiques ici.
  • Découvrez également le patrimoine de Bougon avec un circuit Autour des Tumulus.
TumulusMusée des Tumulus de BougonHistoireA deuxEntres amisLe saviez vous ?

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme