Current Size: 100%

Les Villages du Marais Poitevin

Laura

Par Laura

le lundi 13 février 2017

Voir les commentaires

  • Les Villages du Marais Poitevin

Entre Conches et Coteaux, au gré des chemins d'eau.

 

Le Marais poitevin, avec sa terre profonde et meuble, n’est pas forcément très adapté à la construction. Mais c’est sans compter sur l’obstination du maraîchin ! Les premiers d'entre eux, vivant de chasse et de pêche, ont construit leur habitation de branchage et de roseaux. Au XIXe siècle, avec l'organisation de l'agriculture, l'habitat précaire s'est renforcé de matériaux plus nobles comme les pierres et les tuiles. C'est sur le sol calcaire des îles et du rivage de l'ancien Golfe des Pictons que se sont fixés les villages maraîchins.

 

Les Villages Rue : Entre terre et eau

Il reste encore quelques maisons accessibles uniquement par barque, même si elles deviennent de plus en plus rares. Elles se situent, pour certaines d’entre elles, sur la rive classée de la Sèvre Niortaise. Le plus souvent, les habitations s’ouvrent à la fois sur les chemins d’eau et sur la terre ferme. Les constructions se développent à flanc de coteaux, entre plaine et marais et entre rue et conche. Le coteau, parfois pentu, donne lieu à un étagement de bâtiments en espalier. De petites venelles entre les maisons permettent l’acheminement des produits du Marais vers le coteau, qu’on appelait joliment «passage de la brouette». On comprend l’importance des droits de passage très défendus par les maraîchins.

 

La Garette

A voir : les hameaux de La Garette, Montfaucon, La Garenne d’Arçais, structurés en villages rue qui illustrent le double réseau de cheminement : la voie terrestre et la voie d’eau.

 

Les Villages sources ou Villages de coteaux

Tournés vers le Marais poitevin, ils sont situés assez haut sur le coteau : Usseau, Vallans, Frontenay Rohan-Rohan. Point de port et de cales, mais des villages source très attachants. Le maraîchin est vraiment décidé à ne pas perdre un seul mètre cube d’eau et surtout à partager cette denrée si précieuse, déjà écolo dans l’âme ! Entre biefs et ruisseaux qui dévalent du plateau, de nombreux lavoirs et fontaines ont été crées.

 

St Georges de Rex

A voir : à Saint Georges de Rex : le petit ruisseau « Richebert » de 4 kms qui permet l’alimentation d’un abreuvoir, des jardins et du lavoir.

 

Quelques clés d'observation architectural !

Les matériaux utilisés pour les construction sont ceux du cru : pierre calcaire tiré du coteau, charpente en peuplier, bardage en roseaux, tuile romaine dite en « tige de botte ».

Des ossements utilisés comme pierre passante dans certains murs : l’explication ? C’est pas garanti. Ca servait soit pour faire sortir l'humidité du mur, soit pour faire sécher les filets des pécheurs à qui appartenait la maison. Je préfére parler des tiges de botte qui étaient moulées sur la cuisse d’une femme... d’où cette forme évasée. 

 

Arçais

A voir : Arçais, et ses maisons atypiques

 

Les "Cabanes" de la Sèvre

Les cabanes sont souvent des fermes maraîchines isolées des villages et construites parallèlement au fleuve. Sur deux niveaux et sous une même toiture, vous trouverez aussi bien la maison d’habitation que les dépendances agricoles.

Le rez-de-chaussée est consacré au logis qui se prolonge par une étable et remises. A l’étage, étaient stockés le grain et le fourrage. Pour lutter contre la montée des eaux, une petite butte artificielle sert de soubassement.

 

Maison Bleue

A voir : près de Coulon en direction d’Arçais : la maison dite « aux volets rouges » uniquement accessible par voie d’eau sur la rive gauche de la Sèvre et la maison dite « aux volets bleus »

 

Ponts et Passerelles : traits d'union entre terre et eau

A la fin du XIXe, les constructions métalliques fleurissent dans le marais et permettent dès lors l’accessibilité des fermes, hameaux et marais autrement qu’en bateau. Pour la plupart, ce sont des ouvrages légers. Progressivement, l’aménagement de chemins carrossables et de routes dans les années 1960, a nécessité la construction d’ouvrages maçonnés aux gardes corps en ferronnerie.

 

Le Vanneau

A voir : au Vanneau : la grande passerelle piétonne, reliant Le Vanneau (Deux-Sèvres) et Le Mazeau (Sud Vendée), permet de passer du département des Deux-Sèvres en Vendée, d’une rive à l’autre de la Sèvre Niortaise.

 

Clin d'oeil : Les bateaux à chaînes

Deux longues chaînes relient la barque à chacune des berges et c’est à la force des poignets que l’un passe d’une rive à l’autre. Ils ont permis très longtemps de faire passer des voies d’eau très larges et à peu de frais, hommes, animaux et matériels, … Bien avant les routes, ponts et passerelles ! Au cours de vos balades, vous pourrez encore en trouver à Arçais, Magné, passage obligé pour être un vrai maraîchin !

CoulonDeux-SèvresHistoire naturelleMarais poitevinVenise VertevisiteMaison du MaraisEn familleMarais poitevinNatureConseils de ProsA deuxAmbassadeur Deux-SèvresAvec un bébé en bas âgeCamping caristeEn groupeEn soloA plusieurs famillesEntres amisEn FamilleTouristes à véloBalades, randonnéesLes rendez-vous de l'histoireMarais poitevin

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme