Current Size: 100%

J'ai retrouvé la trace du premier bâtisseur de l'Humanité au musée des Tumulus de Bougon !

Persil

Par Persil

le vendredi 20 juin 2014

Voir les commentaires

  • J'ai retrouvé la trace du premier bâtisseur de l'Humanité au musée des Tumulus de Bougon !

Au Musée des Tumulus, à Bougon

Entrée tumulus

L'entrée du musée des Tumulus


« Le deuxième jour, les ouvriers percèrent une couche de moellons entassés. Ils butèrent sur une pierre énorme, longue, épaisse… »

 

En ce jour de 1840, ces hommes venaient de découvrir à Bougon une dalle de 90 tonnes qui recouvrait un tombeau gigantesque. Ils trouvèrent l’ouverture et découvrirent quelques 200 squelettes d’adultes et d’enfants et des offrandes, des parures, des outils, des vases, les uns brisés, les autres intacts, qui reposaient ici depuis 6000 ans (la pyramide de Khéops n’a « que » 4500 ans) dans ce qu’il faut bien appeler une construction. Pourquoi cet édifice ? Qui étaient ces premiers bâtisseurs ? Comment ont-ils réussi à transporter de telles charges ? Comment vivaient-ils ? Quelle société, quelle économie... J’ai mille questions à poser au Musée des Tumulus de Bougon, je suis très motivé, car je sais bien qu’ici sont morts mes tout premiers ancêtres... Certes, c’était au temps du néolithique, mais la démarche n’en est pas moins légitime, sinon émouvante.

 

Un inestimable joyau

 

Une maison ancienne semble enchâssée dans un écrin de cristal. La vision est surprenante en arrivant dans le parc du musée. J’ai l’impression de pénétrer dans une clairière qui cache aux yeux du monde un inestimable joyau pour mieux le protéger. Le bâtiment imposant est magnifique.

Mon audio guide autour du cou, je pars sur le sentier qui conduit à la nécropole. Je fais des découvertes en chemin : des animations et des reconstitutions rythment le parcours tout en donnant à comprendre. «La construction des mégalithes» est un modèle pédagogique. En trois minutes, on comprend comment construire un dolmen et son tumulus. Ces reconstitutions s’appuient sur des hypothèses et cette incertitude donne du piment à la visite, car elles nous offrent parfois un choix. Ainsi, la dalle de douze tonnes a-t-elle été tractée par 200 bonshommes, ou bien le percement des rondins a-t-il été la solution géniale pour ne mobiliser qu’une quinzaine de manœuvres ? Les questionnements tout au long du parcours sont nombreux : dans le labyrinthe, la maison néolithique, le jardin botanique, l’amphithéâtre pédagogique… Pour les visiteurs de tout âge.

Le sentier serpente et dans un virage, le premier tumulus émerge d’une prairie fleurie. Je m’arrête, presque intimidé. Je prends le couloir d’accès et j’entre, seul. Je ressens la même chose que dans la pyramide déjà citée : une émotion fugace, mais réelle, comme si les pierres « soufflaient » le souvenir des morts qu’elles ont protégés si longtemps. À moins que ce soit mon propre regard sur la mort qui s’en trouve ainsi stimulé. Je scrute la fameuse dalle et j’imagine la surprise des chercheurs de 1840 découvrant le contenu de cette imposante tombe.

 

Tumulus et dolmen

Les tumulus de Bougon

Les premiers paysans 

 

De retour au musée, je parcours les salles où sont traités différents thèmes et époques de la préhistoire. A de rares exceptions, la muséographie est classique, un peu datée (!), et mériterait d’être «rajeunie».

Pour autant, bien de mes questions trouvent réponse. Je perçois bien l’évolution de l’humanité depuis ses origines jusqu’à cet homme du néolithique qui connut de si grandes mutations : le chasseur se sédentarisa, il domestiqua les animaux, devint éleveur et cultivateur, il fabriqua des outils, se mit à tisser... Puisqu’il restait désormais sur place, il devint un bâtisseur de génie, d’abord pour enterrer ses propres morts... Pour lui, cette période fut une véritable révolution.

 

Les hommes de la préhistoires

Les hommes de la Préhistoire

 

Des mutations profondes 

 

Cette visite du musée est enrichissante. Elle nous apprend beaucoup sur l’histoire de l’homme et nous renvoie à notre propre avenir. Ne serions-nous pas en train d’entrer également dans des mutations aussi profondes ?

L’accompagnement sonore est indispensable. Il apporte d’innombrables informations, même s’il manque parfois de légèreté dans le ton (professoral) et de sobriété dans les commentaires, forcément érudits et parfois un peu lassants.

J’ai aimé l’émotion ressentie près des tombeaux, l’efficacité du parcours ludique qui s’étale sur un parc arboré de 16 ha (qu’il vaut mieux toutefois parcourir le matin pendant la saison estivale). Après plus de deux heures de visite, je repars en m’interrogeant sur le monde d’aujourd’hui et en poursuivant les comparaisons avec celui des premiers bâtisseurs de l’humanité.

 

 

Charlie Persil
Les rencontres de Charlie 

(2013 -- 13) 

Coordonnées du musée des Tumulus de Bougon : La Chapelle de Bougon 79800 BOUGON --
Tel : 05.49.05.12.13

Toutes les visites commentées de Charlie_Persil sur son profil auteur. 

Plus d'informations sur les Tumulus.

Les randonnées à faire autour des Tumulus.

Une nuit dans le Haut Val de Sèvre au Manoir de Monteuil !

L'Office de Tourisme du Haut Val de Sèvre pour toutes informations supplémentaires.

De caractèreEn familleLes gens d'iciA deuxAmbassadeur Deux-SèvresEn soloA plusieurs famillesEntres amisEn FamilleBalades, randonnées

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme