Current Size: 100%

J’ai rencontré le Père GUILLAUME, pharaon bénédictin…

Persil

Par Persil

le vendredi 02 octobre 2015

Voir les commentaires

  • J’ai rencontré le Père GUILLAUME, pharaon bénédictin…

… à la Maison du Marais poitevin à COULON

 

« — Où me conduisez-vous Père Guillaume ?
— Venez, ami voyageur que je vous montre l’étendue de nos travaux. »

 

Maison du Marais poitevin

 

Le « Maraiscope » m’explique que cette magnifique cathédrale de verdure que j’ai parcourue quelques instants plus tôt a été construite par des moines-bâtisseurs. Paradoxe bien réel : cet écrin végétal n’a rien de naturel, il est le résultat du travail de l’homme. Mais que serait une émeraude sans le travail du tailleur de pierres ? Les travaux pharaoniques engagés par le Père Guillaume se poursuivirent pendant environ sept siècles. Sans ces interventions humaines, ce territoire de 100 000 hectares serait un marécage. Des hommes au caractère bien… trempé mirent au point un système d’assèchement complexe qui leur permit d’exploiter ces terres : sel, cultures, élevage, chasse, pêche… Ils réussirent l’impossible, dompter l’eau.

 

 
Un guide et un territoire envoutants

Patrick, le guide, nous accueille avec une envie évidente de nous faire partager son amour du marais. Son humour nous capte d’emblée. Après une introduction rapide et nécessaire, il nous abandonne pour accueillir d’autres touristes. Curieuse impression : à peine entrés dans la maison, tout juste accueillis par notre hôte, celui-ci nous quitte et nous restons seuls face aux objets exposés et aux panneaux accrochés.

 

Maison du Marais poitevin

 

J’aurais préféré que la visite soit entièrement accompagnée par Patrick, ou que l’on nous propose un audioguide pour éviter la lecture lassante de panneaux. Quelques salles plus loin, un spectacle audiovisuel, « le Maraiscope », nous conte l’histoire du marais. La réalisation est soignée, mais il serait utile de présenter les dernières images en qualité « haute définition » pour donner envie de se précipiter vers les conches. Patrick nous retrouve à la fin de la projection pour aborder quelques questions vitales : la préservation et la gestion équilibrée de l’eau, les conséquences du réchauffement climatique sur de tels territoires, l’influence des comportements humains sur l’environnement, les trésors de biodiversité du marais, etc. J’entre dans la salle de l’exposition temporaire, consacrée cette année aux « Peuples du Marais », du chevreuil à la belette, de la loutre à… l’homme. Belle idée de conclure le parcours par quelques voix de Maraichins et par cette question : qui sont les habitants du marais aujourd’hui ?

 

Maison du Marais poitevin

 

Maison du Marais poitevin

 

Ce musée est un passage obligé pour comprendre ce territoire d’exception, aussi secret qu’envoutant. Les expositions sont claires et pédagogiques si l’on fait l’effort de la lecture. Souhaitons qu’il propose prochainement aux touristes individuels d’autres modes de visites de ses expositions pour toucher davantage au cœur.

 

 

 

 

CoulonDeux-SèvresMarais poitevinmuséeSèvreVenise VertevisiteMaison du MaraisEn familleMarais poitevinNatureLes blogueurs parlent des Deux-SèvresA deuxAmbassadeur Deux-SèvresEn groupeEn FamilleCarnet de voyageMarais poitevin

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme