Current Size: 100%

J’ai rencontré la belle demoiselle, presque lascive…

Persil

Par Persil

le lundi 19 octobre 2015

Voir les commentaires

  • J’ai rencontré la belle demoiselle, presque lascive…

… au Jardin du Val de Flore de Soutiers

« Il n’y a pas vraiment de sens pour la visite, mais vous ne vous perdrez pas ! »

 

Ici, on ne me raconte pas d’histoires. L’accueil est direct, souriant, on me dit tout de go que l’entrée est gratuite, que le jardinier est un passionné qui consacre sa vie à ces trois hectares, qu’il le dessine et l’entretient selon ses intuitions, privilégiant toujours le maintien de la biodiversité, et que je peux engager la visite dans n’importe quel sens, car on ne peut pas se perdre. Je me dirige vers les grands pots où trônent bruyères rouges et vivaces multiples.

 

Val de Flore

Plaisir des sens

Cinquante mètres plus loin, je la vois, lascive, se dorant au soleil, faisant la sieste peut-être. Elle ne frémit pas, je m’approche, elle ne bouge toujours pas, je fais encore quelques pas, incrédule devant tant d’indifférence. Je suis à cinquante centimètres d’elle et j’admire sa finesse, son élégance. Pas du tout impressionnée, la belle demoiselle étend ses ailes comme pour mieux faire connaissance. Cette magnifique libellule agrion confirme la promesse de ce jardin : ici, la vie est reine. Ce n’est pas un jardin « à la française », les herbes folles et les meules d’herbes coupées sont préservées pour servir de « nid » à de nombreuses espèces. Papillons, abeilles et bourdons butinent les fleurs de cette fin d’été, et se rafraichissent dans le tout petit ruisseau de La Viette qui borde ce jardin. Quelques bruits de la laiterie voisine perturbent ma méditation, mais on ne lui en veut pas : son beurre est si bon ! Soutiers, c’est le plaisir de tous les sens.

 

Val de Flore

 

Un jardin pédagogique

Dans ce jardin, le débroussaillage est tout un art. La tondeuse ne définit que le chemin des visiteurs. Les autres espaces sont parfois fauchés ou laissés en jachère apparente. Les enfants des villages environnants ont réalisé un potager au cœur du site. Des artichauts côtoient des potirons, betteraves et plantes aromatiques. Quelques panneaux rythment ma balade et me donnent des clés pour comprendre l’entretien de la prairie alluviale ou du jardin sec. Ce n’est pas un « jardin extraordinaire » parsemé de plantes exotiques. Au contraire, on n’y trouve qu’une flore régionale, ce qui permet aux insectes de s’y retrouver nombreux, car ils se sont adaptés aux espèces herbacées locales et peuvent se gaver de pollen et de nectar. C’est un endroit idéal pour expliquer la flore et la faune régionale à nos enfants.

 

Val de Flore

 

On peut être dérouté par ce qui pourrait apparaître comme une absence d’entretien du jardin. Au contraire, tout est savamment réfléchi pour aider la flore et la faune locales. Et aussi, pour nous questionner sur les pratiques humaines. J’ai fait une balade délicieuse de 1 h 30 dans ce jardin « bien de chez nous » et je n’ai perdu le sens que devant la roue de bicyclette accrochée à une branche du pommier, tout près de « la cabane au fond du jardin ».

 

Val de Flore

 

Val de Flore

Mirage ? La belle demoiselle m’aurait-elle fait tourner la tête ?

AnimauxBiodiversitéDeux-SèvresParc naturepaysageAutrementEn familleNatureLes gens d'iciA deuxEn soloEntres amisEn FamilleBalades, randonnéesC'est gratuit !

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme