Current Size: 100%

J’ai vu l’oie du Marais, elle papotait…

Persil

Par Persil

le vendredi 02 août 2013

Voir les commentaires

  • J’ai vu l’oie du Marais, elle papotait…

… au Parc ornithologique du Marais poitevin à St-Hilaire-la-Palud

 

 

« Tu ne crois tout de même pas que les bernaches à cou roux vont repartir pour leur toundra sibérienne ? Elles sont bien trop gavées ici... »

 

Le regard un peu hautain, l’oie toute grise du marais papote avec sa voisine, tout en ne perdant pas de l’œil ses congénères éclatantes de couleurs.

 

oie du parc ornithologique marais poitevin

 

Elle est furibonde, manifestement jalouse de ces étrangères qui attirent tant l’attention des visiteurs. Ces oiseaux-là lui font de l’ombre. Foi d’honnête oie, cela ne va pas continuer ainsi, elle va leur dire deux mots...

Je vois les cigognes, hérons et autres poules d’eau se regrouper pour prendre la défense des pauvres bernaches. Refusant un tel ostracisme, l’escadrille volatile va essayer de remettre l’oie à sa place et stopper ses envies d’exclusion... Quel exemple ravageur pour tous les oisillons qui viennent tout juste d’intégrer la compagnie du parc de St-Hilaire-la-Palud. Les avocettes se sont mises à genoux pour ne pas se mêler au combat singulier, inutile de se prendre le bec pour si peu... Mais une bande de canards patauds s’approche, désireuse d’en découdre. Les costauds de la mare vont probablement déchanter, le cygne noir arrive à la rescousse...

marais poitevin et ses canaux

 

Guidés par les étoiles

Je suis au cœur du « marais mouillé », la végétation est dense, reposante. Le lieu conserve un aspect sauvage qui est souhaité, les orties ne sont pas coupées, on oublie les volières qui progressivement disparaissent sous la couverture végétale. Certains oiseaux sont en totale liberté, les bernaches et bien d’autres.

On m’explique que beaucoup d’oiseaux ne peuvent pas s’acclimater aux changements de saisons, alors des millions d’entre eux se feront la malle et prendront la direction du sud au moment où les petits écoliers français feront leur rentrée scolaire. Avec un GPS hyper performant rivé dans leur cerveau, certains partiront de nuit, également guidés par les étoiles, pour rejoindre le continent africain.

 

marais poitevin

Les félins migrateurs

Les allées du Parc ornithologique fourmillent d’informations sur les 70 espèces d’oiseaux présentés et sur la flore. Les panneaux qui jalonnent le cheminement sont sobres et efficaces, à l’exception des totems (les modules verticaux d’initiation à l’ornithologie). On peut s’étonner que ceux-ci, pourtant jolis, soient aussi peu adaptés aux enfants, les textes sont bien trop hauts (l’identification des oiseaux, les migrations…) à l’opposé des présentoirs sur «l’œuf» ou sur «le vol» qui leur sont accessibles, car posés à l’horizontale. Dans le même ordre d’idées, les textes de Momo (le nouveau labyrinthe) sont bien trop longs, on passe devant à toute allure. En revanche, les fascicules pédagogiques élaborés sous forme de jeux qui sont offerts à tous les enfants de 3 à 14 ans semblent connaitre un beau succès.

 

allée du parc ornithologique du marais poitevin


Le petit chemin ombragé traverse les rigoles, longe un étang, c’est un parcours apaisant, aussi agréable pour les enfants que pour les adultes. Je m’assieds à l’ombre des vergnes (aulnes), le temps s’arrête et le rêve s’envole. La valériane, plante qui pousse tout prêt de mon banc est un euphorisant pour les félins que l’odeur puissante des racines attire. Inquiétude brutale, doutes en série, je recherche les félins migrateurs...

 

oiseaux du marais oiseaux maraichin

J’ai passé près de 2 h 30 dans ce parc de 8 ha, dont 30 minutes pour la projection du beau film de Philippe Garguil « Le Marais poitevin à tire d’ailes ». La parade nuptiale des martins-pêcheurs m’a cloué sur place.

Dommage que la qualité de la projection ne soit pas à la hauteur de la beauté des images. Nos yeux désormais habitués à la Haute Définition ont du mal à supporter la pixelisation des anciens vidéoprojecteurs. Néanmoins, ce film apporte un point final très pertinent à la visite. Après un pique-nique sur l’une des nombreuses tables proposées aux visiteurs, j’ai fait la promesse de revenir en mai prochain, à l’occasion des prochaines parades nuptiales, histoire d’en voir de toutes les couleurs.

AnimauxParc Ornithologique du Marais poitevinNatureAu fil de l’eauCarnet de voyageMarais poitevin

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme