Current Size: 100%

J’ai rencontré Loïc Geffard : maréchal-ferrant passionné et passionnant !

Sean

Par Sean

le vendredi 05 juillet 2013

Voir les commentaires

  • J’ai rencontré Loïc Geffard : maréchal-ferrant passionné et passionnant !

Parmi les joyaux du patrimoine deuxsévrien, il en est un que Loïc Geffard perpétue avec l’entrain et le talent d’un artisan chevronné. C’est dans sa ferme découverte, véritable terre du cheval, qu’il dévoile aux plus curieux les secrets du métier de maréchal-ferrant.

 

Rencontre avec un passionné de la plus noble conquête de l'homme.

Dites nous Loïc, ça consiste en quoi la maréchalerie ?

 

Le métier de maréchalferrant consiste à corriger les aplombs des chevaux pour qu’ils marchent à leur aise. Lorsqu’ils étaient sauvages, les chevaux pouvaient parcourir entre 30 et 50 km par jour pour se nourrir. Ils usaient leurs sabots naturellement. Depuis qu’ils sont domestiques, ils mangent dans des prairies et leur corne pousse de 1 à 1,5 cm par mois. Il faut donc couper cette corne pour remplacer le travail de la nature.

 

travail cheval de traie

 

Mais alors, à quoi sert le célèbre fer à cheval que tout le monde connaît?

Il faut ferrer les chevaux lorsqu’on les fait travailler sur la route ou sur des chemins de pierre.

Cela peut être fatigant pour eux et leur faire mal aux pieds alors on pose des fers sur leurs sabots.

Ça évite aussi que la corne s’use trop vite.

 

Est-ce qu’ils se laissent faire ? Si j’ose dire !

Et bien tout dépend du cheval. Avec certains, il faut être en pleine forme physique ! Quand on ferre un cheval, il y a un moment particulier pendant lequel le cheval se raidit. C’est là qu’il faut faire très attention, être à son écoute, le comprendre. L’approche est différente selon les chevaux, tout en douceur pour certains, avec plus de fermeté pour d’autres.

 

Vous êtes seul lorsque vous ferrez ?

Oui, certains ferrent à deux, à la française. Pour ma part je ferre seul, à l’anglaise.

 

maréchalerie

 

Est-ce que vous êtes aussi forgeron ?

 

Oui, un maréchalferrant doit savoir forger. Chaque cheval a un pied différent. J’utilise une forge a charbon. A partir d’un lopin de ferraille, je forme le fer, je fais la position des clous, le rainurage, c’est un travail sur mesure.

 

forge à fer

 

C’est un métier qui requiert la maîtrise de nombreux savoirs. Comment devient-on maréchalferrant ?

Il existe un certificat d'aptitude professionnel agricole en maréchalerie (Capa) dispensé dans une quinzaine d’établissements sur toute la France. La formation dure deux ans en alternance. Les jeunes doivent trouver un maître de stage.

maréchal ferrant

 

Quels sont selon vous les prérequis pour exercer votre métier? Que diriez-vous à un jeune qui a envie de devenir maréchalferrant ?

Je lui dirais qu’il doit faire preuve d’une grande motivation. Je lui dirais aussi que c’est un métier vraiment intéressant et d’une grande polyvalence. Il faut connaître la forge, l’anatomie du cheval, son pied. Cela fait appel à des connaissances vétérinaires et orthopédiques.

 

Et je lui dirais qu’il faut surtout aimer le domaine des chevaux !

 

En visitant la ferme de Loïc Geffard, vous découvrirez d’authentiques activités en lien avec le monde du cheval. Petits et grands pourront se passionner pour le dressage du cheval de trait, l’attelage ou le travail agricole à l’ancienne. A coup sûr, l’accueil et la sympathie du maréchalferrant ne seront pas étrangers à l’émerveillement. Bonne visite !

 

Et si vous vous sentez l’âme vagabonde, demandez à Loïc Geffard de vous faire découvrir ses roulottes :

AnimauxPescalisNatureLes gens d'iciArtisanat d'art

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme