Current Size: 100%

Frédo défend l’histoire de la vannerie à La Fazilière

Laurent

Par Laurent

le mercredi 05 juin 2013

Voir les commentaires

  • Frédo défend l’histoire de la vannerie à La Fazilière

Une association promeut les vieux métiers de ce village autrefois connu pour ses paniers en châtaignier.

 

 

A La Fazilière sur la commune de Vernoux-en-Gâtine, l’association Les Penassous défend la tradition des fabricants de paniers du village. Frédo, son Président prépare en ce moment la fête de la Vannerie des Penassous qui aura lieu le 9 juin.

Le terme « penassou » était péjoratif. Il signifiait en quelque sort « les bons à rien » et désignait ceux qui ne savent faire que des paniers.

 

La Fazilière était spécialisée dans les paniers en châtaignier qui servaient pour les sardines, mais aussi les pommes de terre, les châtaignes.

 

Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’exode rural a vidé le village. L’artisanat qui a fait sa réputation a quasiment disparu, concurrencé par la caisse en bois, puis le plastique. Cependant, la jeune Elodie Cardinaud perpétue la tradition vannière au Beugnon.

 

 

panier géant en osier

Le panier géant en osier, réalisé par Elodie Cardinaud et loué pour des kermesses ou des mariages

quelque panier de fredo

Quelques-uns des paniers de Frédo

 

panier du meilleur ouvrier de france

Panier réalisé par Guy Barbier, vannier dans l'Indre, meilleur ouvrier de France

 

La prochaine fête de la Vannerie des Penassous (créée en 2000) a pour thème « le retour de la batteuse ». L’objectif est de battre le blé à l’ancienne, avec une vieille batteuse tirée par un tracteur. Mais comme il n’y a pas de paille en juin, elle a été coupée en août dernier et gardée presque un an.

 

 

paille pour les paniers

« Personne n’y croyait de garder le blé pour le battre en juin. Pourtant, il est là », déclare Frédo.

 

La fête est aussi l’occasion de remettre en marche des fours à pain, avec l’aide du boulanger de Vernoux. Les vieux métiers seront représentés : forgeron, tailleur de pierres, dentelière... Des vanniers viendront de Vendée. L’un des temps forts est le repas champêtre. Le public profitera aussi d’animations, de balades en voitures anciennes, de groupes folkloriques (cette année, « les Migaillères »).

 

René Badet, « le père Badet », aujourd’hui âgé de 83 ans, est un peu la mémoire du village. S’il est malentendant, cela ne l’empêche pas de parler. Nostalgique, il explique qu’il y a eu 17 à 18 ateliers de vannerie à La Fazilière, occupés par des femmes. Tous les jeudis, un camion venait chercher des paniers. A l’époque, le village comptait 3 cafés tabacs, 2 boulangeries, une école, une épicerie, un coiffeur, un sabotier, deux entreprises de maçonnerie et 300 personnes.

 

Petit patrimoine

De nombreuses traces subsistent de cette intense activité. A côté du lavoir, on trouve le bassin reconstitué qui servait aux vanniers pour tremper le châtaignier afin de faire les clisses.

Clisse est le terme local pour éclisse, qui désigne des lamelles de bois fendu. Elles sont destinées à faire de petites boucles qui ferment le panier. Le bois séjournait un mois et demi à quatre mois dans l’eau.

 

 

lavoir en deux sevres

Le lavoir et son bassin. Autrefois, il existait huit trous d’eau (trempoirs, trempoux en pâtois).

 

fredo

Frédo devant le lavoir

 

A partir du lavoir, un petit chemin d’interprétation monte dans un taillis de châtaigniers. Les jeunes arbres forment des nœuds chaque année, tous les 50 cm environ. A 7 nœuds, c’est-à-dire 7 ans, on coupait l’arbre, arrivé à maturité pour être tressé.

 

 

Le taillis de châtaigniers dont le bois était destiné à être fendu en bandes pour faire les paniers.

 

Le petit patrimoine et les outils des vieux métiers sont visibles en toute période et les habitants sont fiers d’en parler.

 

 

forge avec son soufflet

La forge reconstituée, avec son soufflet (en haut)

 

La « bascule » de la minoterie

 

 

four à pain du village

Un des fours à pain du village

 

Avec d’autres, « Frédo » rénove un four à pain, alors que, jusqu’à une période récente, les propriétaires préféraient les démolir.

 

four à pain

Le four à pain qui sera remis en service pour la fête

 

Ces travaux, la fête de la Vannerie, ainsi que l’arrivée de nouveaux habitants (Belges, Allemands, Ecossais, Anglais), redonnent vie au village, qui valorise son héritage. Et pour prolonger la visite, parcourez le sentier des Collines de Gâtine à Vernoux.

 

Frédéric Desiaux été élevé en Creuse dans un milieu rural. Doté d’un  CAP d’ébéniste, il a travaillé notamment dans la logistique. Il a acheté une résidence secondaire à La Fazilière en 1985, puis s’est installé définitivement dix ans plus tard. Il a rénové plusieurs maisons qui étaient des ruines. Toujours occupé, il ne ménage pas sa peine. C’est « un don de soi-même ». Il apprécie l’entraide au village et les valeurs authentiques.
FestivitésLes gens d'iciArtisanat d'artLes petits coins secretsMoments festifs

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme