Current Size: 100%

Du bouillon pour le confort de votre séant

Dame Marianne

Par Dame Marianne

le vendredi 27 septembre 2013

Voir les commentaires

  • Du bouillon pour le confort de votre séant

Que nenni, Dame Marianne ne va point vous donner la recette du bouillon de poule mais vous parler d’une plante, le Bouillon Blanc, qui pousse dans nos contrées.

 

Quel rapport donc avec le séant ?

 

Tout simplement par le fait de ses feuilles duveteuses qui servaient, au Moyen-âge bien entendu (pour les retardataires qui n’auraient pas suivi), après avoir assouvit ses besoins naturels, à s’essuyer le fessier. Point d’épaisseur triple ou de parfum lavande, il fallait bien faire avec ce qui était à portée de la main ! Et vous serez d’accord avec moi pour admettre qu’une fois accroupi, une plante est ce qu’il peut y avoir de plus proche de la main.

plante bouillon blanc pour fessier

 

Son autre utilisation, dans le même ordre d’idée, consistait à extraire et transformer le suc des feuilles et des fleurs afin de soulager les hémorroïdes. Vous pouvez me rendre grâce de vous passer les détails croustillants de l’élaboration de ce fabuleux onguent.

 

Ses vertus expectorantes ont, quant à elles, su traverser les siècles pour arriver dans votre pharmacopée.

 

Eloignons nous du domaine de l’hygiène et de la santé pour aborder le côté pratique. Cette plante possédaient décidément bien des qualités pour mes contemporains et tel le cochon, non on ne mangeait point tout mais, tout avait son utilité. Ainz, les feuilles, une fois roulées, servaient de mèches pour lampes à huile et la tige, qui peut atteindre 2 mètres, était enduite de poix et utilisée comme torche. Comme quoi, les énergies renouvelables, ça ne date pas d’hier !


Le nom de « cierge de Notre-Dame » comme on a pu l’appeler lui sied donc à merveille. On la retrouve aussi sous d’autres appellations comme « oreilles de Saint-Cloud », « queue de loup », « herbe de Saint-Fiacre »…

 

chateau de cherveux

 

Si j’ai décidé d’évoquer cette plante, le Bouillon Blanc c’est parce qu’elle pousse, entre autres, aux abords de Cherveux, village cher à mon cœur puisque possédant un des plus beaux châteaux médiévaux des Deux-Sèvres. Son architecture « moderne » est due à Robert Cunningham, capitaine Ecossais de la garde de Louis XI, aux côtés de qui il mena forts combats pour bouter les Anglois hors de France pendant la guerre de 100 ans. Si vous poussez les portes de ce monument historique, Monsieur REDIEN, l’actuel châtelain saura d’ailleurs vous conter l’amitié franco-écossaise qui règne encore en ce lieu.

BiodiversitéMusée Bernard d’AgesciNatureBien-être et santéLe saviez vous ?

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme