Current Size: 100%

De la géologie, mais pas comme vous l'imaginez

Didier

Par Didier

le jeudi 25 juillet 2013

Voir les commentaires

  • De la géologie, mais pas comme vous l'imaginez

Bien peu parmi nous gardent de bons souvenirs de leur cours de géologie au collège, au lycée, voire même à l'université....

Disons le tout net : la discipline peut apparaître complexe, rébarbative et quelque peu désuette quand viennent à l'esprit les vitrines de cailloux en tous genres qui s'offrent à la vue des visiteurs de certains musées.

 

Les objets que le spécialiste étudie, qu'il soit minéralogiste, paléontologue ou tectonicien, sont inorganiques, autrement dit sans vie (par opposition aux êtres vivants). Et certains d'entre eux ont parfois des dimensions gigantesques (c'est le cas des batholites granitiques qui s'étendent sur des dizaines de milliers de kilomètres-carrés en Amérique du Sud, en Afrique, en Australie...).

 

batholite yosemite

Batholite (Parc National du Yosemite - Etats-Unis)

 

L'échelle des temps géologiques où l'unité élémentaire est le million d'années n'a rien de commun avec le calendrier grégorien qui nous est familier pour ne pas oublier l'Ascension et son week-end prolongé ou la Fête des Mères. Les chiffres donnent le vertige : la Terre a déjà 4,5 milliards d'années au compteur !

 

Les modèles proposés, comme la "tectonique des plaques" permettant d'expliquer la formation des chaînes de montagnes, l'ouverture et la fermeture des océans, la répartition du volcanisme..., sont difficiles à appréhender sans quelques prérequis. Pas simple, en effet, de comprendre comment les géophysiciens font pour affirmer qu'une partie de ce qui compose aujourd'hui notre "beau pays de France" était située, il y a 600 millions d'années, à proximité du pôle... Sud !

 

Finalement, la géologie suscite l'indifférence du plus grand nombre même si quelques uns de nos contemporains, amateurs collectionneurs (ou l'inverse), manifestent un intérêt certain pour de "beaux objets", fossiles et minéraux, qui n'ont qu'une valeur esthétique ou décorative, parfois marchande, et n'ont bien souvent pas d'autre destin que celui de finir dans des cartons à la cave ou au grenier... quand ce n'est pas à la déchetterie du coin.

C'est pour contribuer à démocratiser la géologie, que le Centre d'interprétation géologique du Thouarsais a été créé à Thouars en 2000.

lithographie 1839

Pourquoi à Thouars ?

Figurez-vous qu'en 1849, un naturaliste français, méconnu et pourtant précurseur en son temps, Alcide d'Orbigny, y a défini un étage stratigraphique (1), le Toarcien. Depuis le 23 novembre 1987, le site qui a permis la description de cet étage est classé "réserve naturelle nationale", ce qui atteste sa valeur historique et scientifique.

 

Au Centre d'interprétation géologique du Thouarsais, tout est fait pour que le visiteur (téméraire ?) "oublie" ses éventuels mauvais souvenirs. C'est ce qui a guidé les concepteurs : pas de discours académique mais plutôt une approche sensible. Des couleurs vives (comme sur les cartes géologiques qui offrent un patchwork que ne renieraient pas certains plasticiens), un mobilier original dont le fameux Géobidule® que les enfants investissent sans état d'âme et divers objets (échantillons, outils, maquettes...) qu'il est possible de toucher.

Alcide d'Orbigny (1839)


géobidule CIGT

Le Géobidule®

 

L'objectif est que chacun puisse se familiariser avec la géologie en portant simplement un regard attentif sur son cadre de vie, sur des objets des plus communs. Car, oui - affirmons-le – notre environnement est avant tout minéral même si on ne le perçoit pas immédiatement.

Par exemple :

  • Les roches, qu'elles soient dures ou tendres, meubles ou cohérentes, et les structures comme les failles déterminent les formes du relief (buttes témoins, canyons, vallées à méandres...).
  • Les sols qui dépendent notamment de la nature du sous-sol orientent les productions agricoles (élevage, culture céralière ou maraîchère, vignoble...) et contribuent donc à la délimitation des terroirs.
  • Certaines activités artisanales ou industrielles (tuilerie-briqueterie, chaufournerie...) n'ont pu se développer qu'en raison de la présence de matières premières appropriées (argile, calcaire...).
  • Les maisons traditionnelles ont été bâties à l'aide de matériaux (moellons, pierres de taille) extraits localement. Observer ces maisons, c'est un peu lire la carte géologique.
  • Et que dire des noms de lieux (ou toponymes pour le savant) dont beaucoup ont à voir avec le sol et le sous-sol, la topographie, l'eau...

butte moncoué vallée du thouet

Butte de Moncoué (Taizé) - Vallée du Thouet (Missé)

vignoble

Vignoble (Bilazais)

 

Vous l'aurez compris, le Centre d'interprétation géologique du Thouarsais, est l'occasion de découvrir "la géologie, oui, mais pas comme vous l'imaginez"…

Reste peut-être à trouver une dénomination moins austère pour cette structure, en adéquation avec l'esprit qui la caractérise.

Les suggestions sont bien-sûr les bienvenues !

GéologieHistoire naturelleSciences de la TerreCentre d’Interprétation Géologique du ThouarsaisHistoireEn FamilleLe saviez vous ?

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme