Current Size: 100%

Cachés en Deux-Sèvres, sauvés par ces "justes"...

Marie-Fanélie

Par Marie-Fanélie

le jeudi 21 mai 2015

Voir les commentaires

  • Cachés en Deux-Sèvres, sauvés par ces "justes"...

Cachés en Deux-Sèvres - Parcours d'une famille française juive durant la Seconde Guerre mondiale.

Sentant très tôt la menace d'une invasion nazie, la famille de Jean Hertz fuit l'Alsace dès 1939 et s'installe dans le sud-ouest de la France. Face aux mesures antisémites mises en place de 1940 à 1942, elle est contrainte de basculer dans la clandestinité. Elle trouve refuge dans les Deux-Sèvres à Lezay.

Partons ensemble sur les traces de ses anges gardiens ...

 

Fuir l'Alsace et la guerre

Jean est né à Strasbourg en 1934. Soucieuse de se protéger face à la guerre imminente, sa famille quitte l'Alsace dès 1939. Le père de Jean et ses oncles sont mobilisés.

Au printemps 1940, Suzanne Hertz et ses trois enfants ainsi que d'autres membres de la famille s'installent dans une propriété du Bordelais. Achetée quelques années auparavant par le grand-père, certain que l'Alsace serait un jour envahie par les armées nazies, elle offre un cadre de vie agréable bien qu'elle se retrouve, en 1940, comprise dans la zone occupée. Jean, Alice et Anne, ses soeurs, et sa mère y mènent une vie tranquile jusqu'au printemps 1942.


La menace grandit

Au mois de mai 1942, sur ordre de l'occupant, le port de l'étoile jaune devient obligatoire pour les juifs âgés de plus de 6 ans dans la zone occupée. L'été 1942 voit la multiplication des arrestations massives en France. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1942, plus de 13000 juifs sont arrêtés à Paris lors de la rafle du Vél d'Hiv. Hommes, femmes, enfants et vieillards sont arrêtés sans distinction et seront déportés. La population est choquée.

L'inquiétude grandissant, la fuite de Jean, de ses soeurs et de sa mère se prépare. De Hertz, la famille devient Henrion grâce aux faux papiers fabriqués par Hélène Schweitzer, une alsacienne protestante et amie de la famille, devenue faussaire de haut vol durant l'Occupation.

 

 

faux livret de famille

Vrai faux livret de famille fabriqué par Hélène Schweitzer pour la famille Hertz, devenue Henrion dans la clandestinité © Archives privées – Edouard Sauvage

De la fuite précipitée...

En mai 1943, la famille est avertie de l'imminence d'une arrestation massive organisée dans le Bordelais sur les ordres de Maurice Papon. Comment est-ce possible sachant que ces opérations étaient gardées très secrètes par les services concernés ? L'information parvient jusqu'à Jacques Ellul, un ami de la famille installé dans une commune proche, par le biais d'un mouvement de Résistance protestant basé en Bordelais. Une résistante de ce groupe, employée de la préfecture de Bordeaux, est parvenue à dérober une copie de la liste des personnes visées par l'arrestation. La famille Hertz, prévenue, prend la fuite début juin 1943, échappant in-extremis à l'arrestation.

Jacques Ellul organise leur transfert vers Lezay où son ami, le Pasteur Pierre Fouchier, les accueille.

 

... à la vie cachée

Pierre Fouchier assure à la famille un toit. C'est à Lezay que Suzanne Hertz et ses trois enfants vont désormais vivre, sous la protection du pasteur et de leur fausse identité.

 

Jean Hertz devient Henrion

Portrait de Jean Henrion à l'âge de 4 ans. Huile sur toile d'Hélène Schweitzer © Collection particulière

 

Jean raconte :

"La conscience du danger d'être démasqué et arrêté ne me quittait jamais, elle m'habitait en permanence, mais elle n'était jamais paralysante. Elle ne m'empéchait pas d'avoir de vrais moments de joie, de rire même. [...] Seulement, je contrôlais toujours mes paroles, elles constituaient, j'en étais persuadé depuis ma première matinée à Lezay, le plus réel danger. "

 

Légende Bandeau photo du haut de page : Hélène Schweitzer avec Anne et Jean Hertz © Archives privées – Jean-Marie Pouplain

Pour en apprendre davantage sur l'histoire de la famille Hertz et bien d'autres parcours, ne manquez pas :

  • La rencontre prévue avec Jean Hertz le dimanche 31 mai à 14h30 au Centre Régional "Résistance & Liberté". Tarifs : 2€. Gratuit pour les -18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi. Réservation conseillée au 05 49 66 42 99.
  • La visite commentée de l'exposition "Traqués, cachés, sauvés. Être juif en Poitou (1940-1944)". Attention, dernière visite commentée avant la fermeture de l'exposition !
  • Accompagnés d'un médiateur culturel suivez les parcours de ces enfants, de ces familles en Vienne et Deux-Sèvres. Découvrez les gestes de solidarité et d'entraide mis en place par la population pour leur venir en aide. (à partir de 7 ans. Durée : 45 min) Tarifs : De 2 € à 4 €. Gratuité : enfants -12 ans , adhérents CRRL. L'achat d'un billet pour la visite commentée vous offre l'accès gratuit à l'exposition permante. Infos / réservation : 05 49 66 42 99.
  • L'exposition "Traqués, cachés, sauvés. Être juif en Poitou (1940-1944)" au Centre Régional "Résistance & Liberté" à Thouars jusqu'au 7 juin. Ouverture tous les jours de 14h à 18h sauf samedis et jours fériés. Plein tarif : 2,50 €. Réduit : 2 €. Gratuité : -18 ans, étudiant, demandeur d’emploi.
  • L'ouvrage de Jean Henrion, Ces Justes ont sauvé ma famille, éditions Le Manuscrit, Paris, 2012.
  • Découvrez un autre témoignage sur Hélène Schweitzer écrit par Jean Hertz
  • Toutes les infos sur le Centre Régional "Résistance & Liberté" sur le site www.crrl.fr
agendamuséeThouarsvisiteCentre Régional Résistance et LibertéHistoireConseils de ProsA deuxEn soloEn FamilleLes rendez-vous de l'histoire

Commentaires Facebook

Les sites

Deux-sévres Tourisme